#livedrawing Lancement de l’ATV4, debrief…

Grâce à Séverine Klein et surtout grâce au CNES, j’ai été convié il y a deux semaines à la retransmission au sein de la direction des lanceurs du lancement d’ATV par Ariane 5. Ca commence fort, cette phrase contient plein de mots compliqués… On a donc :

  • ATV ca veut dire Automated Transfert Vehicle. Pour faire simple, c’est une sorte de très grosse boite qui, à l’aller, amène des vivres, outils et autres ressources aux ingénieurs de la station spatiale internationale. Au retour, elle ramène s’écraser dans l’atmosphère les déchets produits par ceux-cis.
  • Pour lancer un « ATV », il faut un bon gros pétard, c’est là qu’intervient ARIANE. Ariane c’est un gros lanceur, ça veut dire que ça permet d’envoyer dans les étoiles les objets les plus lourds et plus volumineux.
  • Pour ceux qui ne seraient pas au courant, la terre tourne sur elle même. Du coup, aux poles, on ne se déplace pas, mais à l’équateur, on atteint sans s’en rendre compte des vitesses assez phénoménales! C’est un peu comme lors d’un concours de lancer de poids, les sportifs font tourner le poids autour d’eux avant de le lâcher. Pour les fusées on utilise ce même principe en choisissant des lieux de lancement les plus proches possible de l’équateur, la France s’en sort plutôt bien avec un centre de lancement à Kourou. A Kourou, des équipes assurent le lancement qui est aussi suivi à Toulouse quand le lancement concerne le CNES. Mais il reste à paris une tribu d’irréductibles ingénieurs regroupés dans la « direction des lanceurs ». Ces ingénieurs travaillent à améliorer les lanceurs (comme Ariane donc). C’est chez eux que j’avais rendez-vous ce soir-là pour assister à la retransmission du lancement.

Nous arrivons alors dans une salle au avec des chaises devant un écran, rien d’exceptionnel pour l’instant.

 

Au fond de la salle, une table est spécialement réservée pour les blogueurs! On se croirait tout de suite commentateurs sportifs d’une rencontre. Non seulement on a une place de choix pour assister à toute la soirée, mais on est au plus proches des ingénieurs du CNES déplacés pour la soirée et on peut donc librement les interroger. Pour ma part, comme à mon habitude, je sors mes affaires et me prépare à un livedrawing!

BMBkfpqCIAAJWqN

Avant le lancement on a le droit à plusieurs vidéos explicatives. L’une d’elles nous raconte comment fonctionne Ariane.

 

Ariane est en fait constituée de deux grosses parties :

  • Le pétard à proprement dit qui contient du carburant et qui se vide en quelques secondes
  • La coiffe qui contient la partie utile envoyée dans l’espace.

Dessin1

Après quelques vidéos explicatives, le décompte commence. Chose particulièrement touchante, tout le monde fait silence pour le lancement, c’est une tradition.

Dessin2

 

Une fois lancé, les explications continuent. On apprend entre autres que la liste des vaisseaux qui vont vers l’ISS ne cessent de grandir!

 

Dessin3

 

Quelques minutes plus tard, ça y est, l’ATV, qui porte le doux nom d’Albert Einstein est sur orbite!

 

Dessin4

 

Chose amusante, est que non seulement on parle de la coiffe de Ariane, mais on parle aussi de coiffe de l’ATV…

Dessin5

 

D’autant plus amusant que malgré les termes plus ou moins poétiques, l’ATV continue de ressembler à une sorte de grosse boite!

Dessin6

 

Quelques minutes après le lancement, il était possible de voir en vrai dans le ciel cet ATV, chose assez unique. Du coup, une grosse partie de la salle est montée pour finalement voir… rien. 🙁

Dessin7

Cette soirée permet aussi de découvrir comment fonctionne la communication spatiale :

 

Avec Florence Porcel, on s’est donc essayé au jeu : construire des mots space-compatibles …

 

 

Je n’ai pas pu résister à l’idée d’illustrer ce dernier!

pi

Cette soirée était donc aussi sympathique qu’intéressante, merci encore au CNES pour l’invitation! Et ci-dessous, tout plein de photo envoyées sur et par l’internet mondial pendant la soirée.

Bookmark and Share

Comments

Commentaires